Musée de la Mine de Bosmoreau

Descriptif du musée

Le musée de la mine de Bosmoreau

Présentation générale

Installé dans les locaux des anciennes écoles et des bâtiments annexes de la mairie, le Musée de la Mine retrace, à travers 7 salles d’exposition, l’histoire des mines et la vie des mineurs de Bosmoreau de 1784 à 1958. Une salle d’accueil, indépendante du musée, reçoit les visiteurs. Elle comprend, outre la billetterie, une boutique de souvenirs et un bar. Les boissons peuvent être consommées à l’intérieur de cet estaminet, ou, si le temps le permet, dans la cour ombragée du musée.

Toutes les visites sont guidées. La visite dure en moyenne 1h15.



L’entrée du musée :

Le couloir d’accès permet aux visiteurs de se retrouver immédiatement dans l’ambiance de la mine. Tout rappelle le charbon : le sol, les lampes, un wagonnet rempli de charbon poussé par un mineur, un sac de boulets suspendu, des échantillons d’anthracite produite dans cette mine. La traversée de la salle des pendus, face au drapeau du Syndicat des Mineurs de Bosmoreau et la statue de Ste Barbe, nous conduit sur un palier où s’inscrit la liste de tous les propriétaires et concessionnaires de la mine. Une magnifique veine de charbon et un mineur de 1890, à l’entrée de la salle n°1, nous invitent à la visite.

Salle n°1 :

Cette salle retrace l’histoire de la mine de 1784 à 1922, exploitée essentiellement en galeries souterraines. Des documents originaux et les premières photos de la mine datant de 1890 nous montrent l’évolution et la transformation des techniques et de la mine elle-même. L’arrivée du train au cœur de la houillère en 1884 donne vraiment l’impression d’une mine en pleine expansion. Une galerie de portraits (Gay-Lussac, Grüner, Martin Nadaud, Claude Deville) permet de comprendre la contribution apportée par chacun à l’essor de la mine. De nombreux outils, livres, courriers et documents d’époque et toujours cette veine de charbon qui nous guide.

Salle n°2 :

Cette grande pièce retrace l’activité de la mine à ciel ouvert de 1943 à 1958 : les différents sites d’extraction (Chez Lameix, Le Goth), le centre de traitement de La Lande. C’est une mine nouvelle et moderne, plus rationnelle qui apparaît sous nos yeux (engins de travaux publics, énormes camions, construction de lavoirs destinés à améliorer la qualité du charbon). Les différents métiers du mineur sont également replacés dans leur contexte (piqueur, rouleur, boiseur, boutefeu, lampiste). La présence de Valéry de Montgolfier est rassurante. Et toujours cette veine de charbon qui côtoie une collection de casques de mineurs.

Salle n°3 :

C’est avec une émotion particulière que l’on pénètre dans cette salle. En effet, deux listes complètes de noms de mineurs ayant travaillé en 1921 au puits Marthe et en 1947 à la mine à ciel ouvert rendent hommage à ces hommes qui ont exercé ce dur métier dans des conditions difficiles (coup de grisou, accidents, silicose). Le témoignage de leurs grèves et des luttes incessantes pour faire progresser les lois sociales nous ramènent également à leurs dures conditions de travail.

Salle n°4 :

Reconstitution d’une cuisine d’un coron creusois appelé ici les Petites et les Grandes Casernes (construites respectivement en 1902 et 1907).

Salle n°5 :

Cette salle regroupe 4 magnifiques maquettes :

  1. vue générale de l’ensemble des sites miniers. Elle permet de visualiser le parcours des « chemins de la mine », balade pédestre destinée à visiter le musée de la mine à ciel ouvert,
  2. reconstitution de la mine de La Lande en 1905 autour du Puits Marthe
  3. la mine à ciel ouvert de Chez Lameix (1948 – 1952)
  4. reconstitution en 1950 du site de La Lande, devenu centre de traitement du charbon

Salle n°6 :

Exposition sur les lampes et photographies ferroviaires de la Compagnie du Paris-Orléans

Salle n°7 :

Reconstitution fidèle de la classe de classe qui accueillait les enfants des mineurs en 1900. Rien ne manque. Le visiteur, en découvrant cette salle, est émerveillé, il marque un long moment de silence avant de faire remonter ses souvenirs d’enfance.


Mentions légales | Crédits | LSV communication
Site valide XHTML 1.0Site valide CSS 2.0