Musée de la Mine de Bosmoreau

Les chemins de la mine

Le musée à ciel ouvert

Le Musée de la mine, inauguré le 6 décembre 2003, connaît depuis son inauguration un franc succès. Depuis le 4 décembre 2004, les visiteurs peuvent, après cette visite, se rendre  sur le site des anciennes mines en empruntant « Les chemins de la mine ». Ces parcours pédestres, balisés de panneaux explicatifs, vont vous conduire au cœur des sites miniers qui ont jalonné l’histoire de Bosmoreau de 1784 à 1958. Deux circuits de randonnée vont vous faire découvrir ce musée à ciel ouvert :

  • un circuit fléché en jaune de 2 kilomètres : il permet de retrouver  l’activité de la mine de 1855 à 1958,
  • un circuit fléché en rouge de 5 kilomètres : il permet d’avoir une vision globale de l’histoire des mines de Bosmoreau et des différents sites exploités depuis 1784.

Le circuit jaune : la mine de 1855 à 1958

Le Musée de la mine est le point de départ commun des 2 circuits. Après la traversée du bourg, vous découvrirez à la gare une locomotive de type DECAUVILLE et ses berlines qui transportaient le charbon ou le bois pour la construction des galeries. Vous pourrez également admirer l’architecture des bâtiments construits à la fin du 19ème siècle par la Compagnie du Paris – Orléans (abri et gare des voyageurs, dépendances). L’arrivée sur le site de la Lande vous conduit au cœur même des installations minières :

  • le puits Marthe profond de 123 mètres, en activité de 1855 à 1922,
  • le lavoir PIC qui permettait de laver le charbon et d’obtenir une qualité d’anthracite exceptionnelle,
  • le dépôt de dynamite,
  • la grande cheminée, haute à l’origine de 35 mètres,
  • la maison du directeur et les services administratifs,
  • autre originalité : la montée du terril, d’une trentaine de mètres de hauteur qui, une fois gravi, donne une vue imprenable du site.

Ce circuit s’achève sur la découverte des corons creusois, les Grandes Casernes, cité ouvrière construite en 1907 pour héberger les mineurs et leur famille.

Le circuit rouge : une vision complète de l’activité des mines de Bosmoreau

Le circuit rouge prolonge la randonnée commencée avec le circuit jaune et vous conduit au cœur d’une campagne lumineuse et verdoyante qui a abrité à la fois les débuts et la fin de l’exploitation minière :

Le village d’Anzin  a été le premier centre minier important des mines de Bosmoreau, entre 1825 et 1840. Un industriel du Nord, originaire de la ville d’Anzin, rêvait d’en faire un complexe sidérurgique du fait de la présence dans son sous-sol à la fois du fer et du charbon. Il ne subsiste plus de traces visibles de cette exploitation,

Le site à ciel ouvert de Chez Lameix : situé à moins d’un kilomètre du village d’Anzin, ce site, exploité à ciel ouvert, a fonctionné de 1942 à 1958. Il a été l’un des sites les plus productifs de France : de 1951 à 1952, 512 000 tonnes de charbon ont été produites avec seulement 379 mineurs travaillant 24 heures sur 24. De cette mine à ciel ouvert, appelée la Découverte, partaient des camions remplis de charbon à destination du centre de traitement de la Lande. Les chemins de la mine contournent ces sites désormais privés où sont visibles tout de même une énorme trémie de stockage, des terrils ainsi que des lacs magnifiques, vestiges de cette exploitation à ciel ouvert.

Le retour s’effectue en direction du Musée de la Mine. Il est à noter que cette balade, véritable musée à ciel ouvert, est accessible aux visiteurs librement toute l’année. Le plan de la visite est vendu à l’accueil du musée.


Mentions légales | Crédits | LSV communication
Site valide XHTML 1.0Site valide CSS 2.0